Requin citron (Negaprion brevirostris)
Crédit : Benoit verdeille (Immersion production)

Requin citron (Negaprion brevirostris)

Introduction

Le requin-citron (Negaprion brevirostris) est un animal curieux, on le connaît principalement par rapport à sa couleur, qui est due à son mode de vie. Il vit en bord de plage sur le sable lorsqu’il est juvénile et va donc avoir une ligée de couleur grise/beige à ce moment.

Cette espèce est inscrite quasi menacée (NT) sur la liste de l’UICN.

Clé d'identification

Le requin-citron a donc, comme dit précédemment, une couleur grise/beige lorsqu’il est jeune afin de se camoufler des prédateurs. Au passage à l’âge adulte, il devient plus foncé.

Contrairement aux autres requins pélagiques, il a sa deuxième nageoire dorsale aussi grande que la première.

Il ne doit pas être confondu avec son parent le requin-citron faucille (Negaprion acutidens) car, celui-ci vit exclusivement dans l’océan Indien et sur les bordures de l’Australie ainsi qu’en Polynésie française.

Zone de vie et répartition

Le requin citron vit principalement dans les plateaux continentaux et les récifs coralliens sans oublier les zones de mangroves. 
Il vit généralement en groupes sociaux jusqu’à 20 individus. On le retrouve géographiquement le long des caraïbes à l’Amérique latine ainsi que des deux côtés de l’Amérique centrale. On le retrouve aussi le long de la côte africaine côté Ouest. Une étude visant à comprendre la façon de chasser des requins citron juvéniles en utilisant leurs ouïes, publiée en 1972, s’est produite en Floride dans la baie de Biscaye où je cite “les requins étaient présents une grande partie de l’année”. Ce qui démontre qu’ils sont régulièrement dans ce territoire

Une expérience américaine pour connaître le positionnement des requins a été réalisée. Ils ont implanté par voie chirurgicale des émetteurs à ultrasons dans 38 requins citron (Negaprion brevirostris) et suivi manuellement les requins pendant 1 à 153 jours. Ils ont utilisé ces données de position avec les données de disponibilité de quatre variables environnementales (profondeur de l’eau, température, salinité et type de fonds), pour examiner l’utilisation de l’habitat. 

Par la suite, ils ont obtenu des résultats en décembre 1989. Tous les requins ont utilisé les contours de la profondeur de l’eau, de la température de l’eau et du type de fonds de manière disproportionnée par rapport à la disponibilité de ces variables sur le site d’étude. Plus précisément, les jeunes requins-citron ont choisi une eau moins profonde et plus chaude avec un substrat rocheux ou sableux sous-jacent, peut-être pour éviter les prédateurs. Il s’agit du premier rapport sur la sélection de l’habitat pour un élasmobranche.

Régime alimentaire

Les requins sont souvent considérés comme des prédateurs opportunistes qui se nourrissent des proies les plus abondantes. Des jeunes requins-citron (Negaprion brevirostris) ont été étudiés à Bimini, aux Bahamas, avec des domaines vitaux bien définis facilitant l’estimation de la préférence des proies. Le contenu stomacal a été analysé quantitativement à partir de 396 squales avec des données sur les espèces de proies et l’abondance obtenues à partir d’un échantillonnage quantitatif des communautés fauniques de mangroves et d’herbes marines pour élucider les préférences en ce qui concerne le type de proie, la taille et l’emplacement des proies. 

Les requins-citron juvéniles ne se nourrissent pas sans discernement, mais présentent une préférence pour les proies et une sélection de taille. Les requins juvéniles de Bimini ont démontré une hiérarchie de préférence pour les proies : poisson perroquet, mojarra, crapaud, poisson-lime et enfin le barracuda. Le chevauchement élevé entre l’alimentation des individus et les communautés de mangroves a révélé l’importance des mangroves pour les requins citron et leurs proies.

Reproduction

Le requin-citron est un animal vivipare ayant de 5 à 20 juvéniles avec un cycle de reproduction tous les 2 ans.

Entre 1995 et 2000 un test sur 897 jeunes requins échantillonnés, fut effectué, 119 ont pu être attribués à cinq mères échantillonnées. Les femelles reproductrices ont montré une forte philopatrie (pousse l’individu à revenir se reproduire à l’endroit où il est ) à la pépinière, revenant à Bimini tous les deux ans pour mettre bas. La protection des pépinières connues devrait donc signifier une place importante dans la conservation pour les grandes espèces de requins côtiers. La reconstruction des génotypes (partie spécifique du patrimoine génétique) paternels indique que les portées sont engendrées par plusieurs mâles, et les femelles s’accouplent avec différents mâles presque à chaque cycle de reproduction. 

Classification

Ordre : Carcharhiniformes

Famille : Carcharhinidae

Genre : Negaprion

Sources

habitat selection by juvenile lemon sharks, Negaprion brevirostris Environnemental Biology of fishes 38: 311-319, Kluwer Academic Publishers. Priented in the Netherslands , 1993

Diet and prey preference of juvenile lemon sharks Negaprion brevirostris

The breeding biology of lemon sharks at a tropical nursery lagoon publishing 22 july 2002 The royal society

Matteo Maurel

Je suis un jeune ayant fait des études d'aquariologie, passionné des requins, ayant travaillé avec certaines espèces en aquarium, avec comme objectif de changer les mentalités.

Laisser un commentaire