L’interview d’un des seuls experts en sciences sociales des requins au monde : le Dr.Raj Sekhar Aich.
Un requin blanc en Nouvelle-Zélande. Crédit : Raj Sekhar Aich

L’interview d’un des seuls experts en sciences sociales des requins au monde : le Dr.Raj Sekhar Aich.

Dr.Raj Sekhar Aich

Aujourd’hui on vous livre l’interview du Dr.Raj Sekhar Aich. 

Raj est un chercheur Indien, plus précisément un expert en sience social des requins, il est le seul Indien à exercer cette profession et un des seuls au monde. Il porte ses recherches sur les relations sociales, politiques et économique entre les requins et les hommes, comment les hommes et les requins se perçoivent mutuellement ainsi que d’autres sujets plus passionnant les uns que les autres.

On va parler principalement de Raj et de ses recherches, mais il faut savoir qu’il ne travaille pas seul, il insiste énormément sur le fait que sans certaines personnes et organisations comme son amie et assistante en recherche Soosan Lucas, rien ne serait possible. 

Aujourd’hui on va se concentrer sur lui, ses recherches, ses projets, et comme toujours : les requins. Vous allez voir que Raj est un homme passionnant qui éprouve un profond respect pour les gens qui l’entourent, mais surtout pour les animaux et la nature. 

Soosan Lucas, amie, peintre, femme d'affaire et scientifique, elle est présente dans toutes les aventures de Raj. Elle travaille actuellement avec Stats New Zealand / Crédit : Raj Sekhar Aich

En quoi consiste votre métier ? Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste la journée type de travail d'un expert en science social des requins ?

L'équipe de SharkExperience / crédit : Dr.Raj Sekhar Aich

Je préfère utiliser le terme d’anthropologue marin. Le travail d’un anthropologue marin est l’étude holistique des paysages culturels et naturels façonnés par l’interaction physique et symbolique de l’homme avec le milieu marin et les animaux. En tant que chercheur, je préfère me concentrer sur l’interaction entre l’homme et le requin.

Comme pour toute autre recherche de terrain, il n’y a pas de journée type pour un anthropologue marin travaillant sur l’interaction homme – requin. Au cours de mes dernières recherches sur la plongée en cage avec le requin blanc en Nouvelle-Zélande, je suis resté plusieurs mois au dernier point de l’île du sud de la Nouvelle-Zélande et je suis parti en mer en opération de plongée en cage avec ces requins (avec l’aide de Shark Experience Bluff sans qui cette aventure n’aurait pas été possible, leur lien Facebook en cliquant ici), dans les eaux turbulentes du détroit de Foveaux, avec des vents violent qui atteignent souvent les 30 nœuds. J’ai enquêté sur la vie sociale, politique, et même économique symbolique que partagent les humains et les requins blancs. J’ai écrit un livre sur le sujet, mais il n’est plus disponible en ce moment.

Dans mes recherches actuelles, je travaille sur l’interaction entre l’homme et le requin dans le delta du Sundarban, au Bengale occidental. Le delta chaud du gange, et les centaines de cas de morsures de requins sur les gens m’y ont emmené.

Donc, comme je l’ai dit, comme tout travail de terrain, il est dynamique, dépend de l’endroit où je me trouve et des recherches auxquelles je participe. De la mer froide à la rivière chaude, en mangeant des oursins sauvages, des poissons d’eau douce ou des poulets sauvages. Souvent avec des financements limités, ces recherches sont menées dans le cadre d’une aide accompagnée et d’une infrastructure très stricte.

Pouvez-vous nous en dire plus sur vos recherches actuelles ?

Les mangroves des Surdabans en Inde / Crédit : Dr.Raj Sekhar Aich

Comme je l’ai dit, en ce moment j’écris un livre sur l’interaction entre les humains et les requins dans les Sundarbans, au Westbengale (la plus grande mangrove au monde).

Il y a une histoire de plus d’une centaine d’années où des centaines de personnes ont été mordues par des requins dans la rivière. Quand j’entends ces histoires, je me pose plusieurs questions. Quel type de requin ils sont ? Pourquoi mordent-ils les humains ? Les deux espèces peuvent-elles vivre ensemble ?

Finalement, j’ai écrit un scénario complet d’une série d’un futur livre “oh indian sharks”. C’est le premier de ce genre dans l’histoire, toute l’équipe est prête mais malheureusement les financements sont tombés à l’eau au dernier moment. Le projet est donc en pause et on cherche de nouveaux financements.

Pouvez-vous nous en dire plus sur ce que vous avez découvert là-bas ?

Pour l’instant non, je le gardes pour mon livre, cependant je peux vous dire que l’histoire qui est en train d’émerger n’est pas l’histoire de monstres sanguinaires qui attaquent les humains dans les eaux boueuses, mais simplement l’histoire de deux  espèces : requins et humains, qui essaient de survivre dans un environnement aussi complexe que magnifique.

Qu'avez-vous découvert en Nouvelle-Zélande ?

Les eaux turbulantes du détroit de Foveaux en Nouvelle-Zélande / Crédit : Dr.Raj Sekhar Aich

Ce que j’ai découvert là-bas, c’est que la relation entre les humains et les requins est multi-dimensionnelles. Les deux sont connectés par des liens sociaux et écologiques forts. Leur relation est parfois harmonieuse, parfois agressive… Chacun priant sur l’autre. Dans cette interaction compliquée, la plongée en cage permet aux touristes d’accomplir leurs rêves. Une petite communauté de personne en profite et en crée un business florissant, cependant, ils créent aussi des opportunités pour la conservation. Finalement, ils créent une route vers des nouvelles connaissances sur les requins blancs.

Est ce que vous pouvez nous en dire plus sur le lien qui se crée entre un requin et un homme sous l'eau ? Comment vous vous vous sentez quand vous partager un moment avec un requin ?

Les réactions des gens par rapport aux requins sont dissonantes, ils pensent qu’ils vont tomber sur un monstre en allant sous l’eau, mais ils finissent face à un animal qui est puissant, certes, mais qui est aussi sensible. 

Je suis fasciné par leur peau étincelante dans la faible lumière des profondeurs, tous ceux qui plongent avec les requins savent qu’il n’y a pas de monstre là. Cependant il faut garder en tête que ce ne sont pas des animaux de compagnie, et ils ne devraient jamais être traités comme tels. Ce sont de puissants prédateurs et ils doivent être traités avec respect.

Que voyez-vous dans les yeux d'un requin lorsque vous vous retrouvez seul avec lui ?

Grand requin blanc / crédit : Serge Melesan

La chose la plus importante qui se passe quand tu vois un grand requin blanc est que tu deviens plus conscient qu’en temps normal. Conscient de la puissance en face de toi et de tout ce qui t’entoure. Ce sont des choses auxquelles souvent nous ne faisons pas attention lorsque l’on plonge ou même dans la vie de tous les jours. Un peu comme tout ce qui est plus grand que nous : les montagnes, les grandes rivières, l’art. Les hommes cherchant à rencontrer les requins sont souvent à la recherche d’eux-mêmes.

Au même moment tu es dans un environnement dynamique, la cage bouge tout le temps, et dès que tu arrêtes de bouger tu as vite froid. Tu as un sentiment de sécurité quand tu es dans cette cage et un touriste m’a même dit une fois que l’expérience était tellement surréaliste qu’il avait presque l’impression de regarder le requin devant lui à la télévision à travers l’oeil de la cage.

Ce qu’il faut savoir c’est que tout ça dépend des requins, si les requins viennent tu peux les voir, mais certains jours tu ne vois aucun requin, même s’ils sont là, ils n’ont décidé de ne pas se montrer eux-même. Ils sont si bien camouflés que même s’ils sont quelques mètres devant toi tu peux ne pas les voir. La rencontre entre l’homme et les requins n’est donc pas seulement une rencontre façonnée par les désirs de l’homme mais plutôt par l’environnement et les requins, autant que les humains.

Avez-vous déjà plongé avec un grand requin blanc sans cage ?

Raj entrain de filmer un Grand requin blanc (Carcharodon carcharias).

Non je n’ai jamais plongé sans cage avec ce requin, de plus je ne recommande pas de le faire, une poignée d’experts le font et je suis certain qu’ils savent ce qu’ils font, mais ce qui me fait peur c’est les gens qui ne savent pas ce qu’ils font en pensant que les requins sont comme des “chiens”. Ils risqueraient de se faire mordre, et encore une fois ce serait le requin qui serait blamé et accusé. Personnellement je ne vois pas le raisonnement écologique derrière ça.

Beaucoup de personnes critiquent la plongée en cage et le feeding, qu'en pensez-vous ?

C’est une question vraiment importante cependant y répondre est compliquée.

Premièrement, la plongée en cage et le feeding sont deux choses différentes. En Nouvelle-Zélande, si le requin prend l’appas on doit s’arrêter pour la journée, donc il n’y a quasiment pas de feeding.

Les requins, comme tous les autres animaux, peuvent être entraînés à avoir certains traits de comportement, au moins pendant une courte période, mais si les opérations sont contrôlées par des protocoles gouvernementaux stricts, la plongée en cage peut contribuer à la conservation des requins et apportent également un renouveau aux petites communautés.

Il faut surtout garder en tête que c’est une activité très émotionnelle qui suscite beaucoup d’inquiétudes dans la communauté autour de laquelle elle se déroule. Il faut donc toujours tenir compte des personnes de la communauté concernées. Chaque opération doit être traitée au cas par cas en tenant compte de tous les facteurs écologiques et sociaux de la région. 

Qu'elle est l'expérience ou plongée avec un requin qui vous a le plus marqué ?

Mon expérience la plus marquante a été une plongée de nuit en Thaïlande, j’étais à 30 mètres sous l’eau à 19 h, nous étions assis sur le sol de sable, nos yeux commençaient à s’habituer à l’océan et à l’obscurité, l’océan devenait vibrant, un peu bioluminescent. 

Nous commençons ensuite à suivre les lumières que diffuser notre guide de palanquée lorsqu’il s’arrêta soudainement… Une chose massive nous approchait et commencait à faire son apparition à travers l’obscurité de l’océan, ma première réaction était la peur, elle était régie par mes instincts, ne sachant pas ce qui s’approcher de moi dans l’ombre. J’ai très vite réalisé que c’était enfaite un requin-baleine, c’était une femelle, son corps brillait grâce à des algues bioluminescentes . Toute l’équipe s’est arrêté, on était tous stupéfait par ce qu’on voyait, pendant ce temps elle tournait autour de nous comme un gentil fantôme, peut-être qu’elle était curieuse, elle devait se demander ce qu’on était. Soudainement elle disparaissait dans la pénombre de la même façon qu’elle était apparu. 

De retour sur le bateau, nos combinaisons et nos yeux étaient trempés, sa beauté nous avait simplement bouleversés.

Raj a terminé l’interview sur une phrase forte où il m’a dit : Aucun grand voyage ne se fait seul, on grandit tous ensemble.

Remerciements :

Je tiens à remercier Serge Melesan (Pacific Blue Film) qui m’a permis de rentrer en contact avec Raj, sans lui rien de tout ça n’aurait été possible, je tiens ensuite à remercier Raj lui-même avec qui j’ai énormément discuté, pas uniquement pour l’interview, ces discussions sont vraiment enrichissantes et passionnantes.

Melvin Cornevin

Lycéen de 17 ans passionné des requins et autodidacte.

Cet article a 3 commentaires

  1. Mas

    Waouh c’est magnifique cette façon si sage de concevoir la nature , franchement merci beaucoup pour cette retranscription en Anglais en plus ! Bravo Melvin de tes partages et merci à M.Raj 🙂

  2. Soosie Lucas

    Thank you for a well written article in multi language. From Soosie Lucas Anthropologist

  3. Erica

    Tes êtres humains animés de passion, de respect, c’est exactement ce qu’il nous faut en ce moment!
    Bravo et merci Melvin.

Laisser un commentaire