Le requin qui a la machoire la plus rapide des océans (le requin lutin)
Crédit : National Geographic

Le requin qui a la machoire la plus rapide des océans (le requin lutin)

Un requin avec le mouvement de machoire le plus rapide l’océan, un physique très “atypique” pour rester gentil, c’est à ce moment là que je me dit que c’est un candidat parfait pour un épisode de requin insolite : aujourd’hui je vais vous parler du requin lutin (Mitsukurina owstoni) !

Si vous vous arretez à son physique vous risquez de ne pas trop l’aimer, c’est pour cela qu’aujourd’hui je vous propose d’aller plus loin que ça et de découvrir ensemble ce requin.

Où retrouve-t-on ce requin ?

La majorité des spécimens connus proviennent des baies du Japon, le reste se trouve principalement au large de la Nouvelle-Zélande, en Afrique australe, et dans l’Atlantique Est et l’océan Indien. De plus deux spécimens ont été capturés au large des côtes du Mississippi et de la Californie aux États-Unis. Ces captures englobent probablement toute l’aire de répartition du requin lutin, mais il se pourrait aussi étant donné que les observations sont rares et étendues que la présence de ce requin s’étende bien au-delà de ces zones.

Les observations sont assez rare à cause de son mode de vie, le requin lutin est un requin des profondeurs qui peut vivre jusqu’à 1200 mètres de fond.

La plupart des spécimens qui sont retrouvés et étudiés sont déjà mort. Ils sont récupérés dans des filets de pêche ou échoués. Certains scientifiques visitent les marchés au poisson de certains pays/villes assez pauvres qui vivent que de la pêche. Dans ces zones les pêcheurs vendent en général tous ce qu’ils pêchent et ils fixent le prix à la tête du poisson, les scientifiques parcourent donc ces marchés à la recherche de nouvelles espèces de requins ou d’espèces peu connues.

Le physique atypique du requin lutin

Crédit : l'Australian Museum.© AFP

Commencons par le plus voyant : son museau. Ce museau est grand et aplati, il dépasse du sommet de sa tête, son but reste encore assez floue, cependant il n’est pas assez dur ou pointu pour l’utiliser comme une arme en embrochant ou en assomant, il est plus probable selon les chercheurs qu’il soit utilisé pour détecter les faibles signaux électriques émis par les potentielles proies.

Un autre détail frappant chez ce requin sont ses dents, elles sont fines, en forme d’éventail et elles dépassent de la bouche, comme celles du requin taureau (Carcharias taurus). Sûrement pour pouvoir bien saisir les proies glissantes ou à la peau dure.

Il semblerait que la vue du requin lutin soit peu développée, là où le requin lutin vit sa vu ne lui est pas très utile puisqu’il n’y a pas de lumière ou que très peu, elle est sûrement compensée par son odorat, son ouie et ses organes de détection électrique pour attraper les proies qui ne sont pas détéctables dans la pénombre des profondeurs.

Au niveau de sa taille, les gros adultes mesurent entre 3 et 4 mètres.

Comment le requin lutin chasse-t-il ?

Comme je l’ai dit plus haut, ce requin à la machoire la plus rapide de l’océan, plus précisement le mouvement de machoire le plus rapide

Pour chasser le requin lutin décroche sa machoire et la projette en avant comme un harpon, pendant la projection la machoire s’ouvre et se referme ensuite sur la proie, les dents bien affutées saisissent la victime et il est alors impossible pour elle de s’échapper. La vitesse de la machoire de ce requin est tellement rapide que l’on ne peux l’observer qu’au ralentit, il projette, ouvre et referme sa machoire à une vitesse de 3 mètres par secondes.

Nous avons eu l’occasion d’étudier que peu de fois le contenu de son estomac mais pour l’instant les proies qui ont été enregistrées sont les crabes, les poissons d’eau profonde, les crevettes, et d’autres petits animaux.

La morphologie de ce requin pousse à penser qu’il est parraisseux et qu’en général il attend plutôt qu’une proie passe près de lui pour engager la chasse, ou qu’il nage passivement en attendant d’en croiser une, plutôt que de nager activement et de poursuivre les proies.

À cause de sa rareté ce requin n’a pas encore été étudié en milieu naturel ou alors que très peu d’où le manque d’information sur ses techniques de chasse et l’utilité de son museau, mais nous savons quand même que c’est un poisson prédateur grâce à sa dentition et le contenu de son estomac (chez les spécimens retrouvés morts).

Certains scientifiques ont aussi émis l’hypothèse que les requins lutin chassent activement et que leur museau contiendrait des électro-récepteurs à la manière des requin marteaux pour pouvoir detecter les proies lors de la chasse, et qu‘ils utiliseraient aussi ce museau pour déterrer les proies enfouies sous le sable.

Voici une vidéo de Discovery montrant le mouvement de machoire du requin gobelin l’orsqu’il chasse.

Ce nouvel épisode de requin insolite touche à sa fin, il a été assez court. Je m’excuse d’avance pour le manque d’information sur ce requin mais à l’heure où j’écris l’article seulement 45-50 individus de Mitsukurina owstoni ont été décrits, donc il est compliqué pour moi de vous produire un gros article à son sujet, nous vous tiendrons informé sur LPB si de nouvelles informations paraissent à son sujet. S’il y a un requin en particulier dont vous voudrez entendre parler sur le site dites le nous, vous pouvez nous contacter par mail (sur notre page contact), sur Facebook ou sur Instagram.

Sources

Compagno, L. 1984. FAO Species Catalogue: Vol. 4 Sharks of the World. Rome: United Nations Development Programme, Food and Agriculture Organization of the United States.

Duffy, C. 1997. Futher Records of the Goblin Shark, Mitsukurina owstoni (Lamniformes: Mitsukurinidae), from New Zealand. New Zealand Journal of Zoology, 24: 167-171.

Martin, R. 1999. “Biology of Sharks and Rays: Biology Of the Goblin Shark (Mitsukurina owstoni)”.

Rorem, S. 2002. “Sea Creatures 101: Shark Series: The Goblin Shark: Ugly and Rare”.

Melvin Cornevin

Lycéen de 17 ans passionné des requins et autodidacte.

Laisser un commentaire