Le requin le plus rapide : le mako
requin mako/taupe bleu (Isurus oxyrinchus) crédit : Bruno Labin

Le requin le plus rapide : le mako

Bonjour tout le monde, ce matin, ou cet aprem, à moins que ce soit le soir, je vais vous parler d’un requin qui est entres autres connu pour aller vite, genre très vite. Il y a beaucoup de choses à dire sur cet animal, alors il y aura certainement un deuxième article. Celui ci porte principalement sur sa peau et de manière générale sur la peau des requins.

Le requin mako/ taupe bleue

Avant de parler de sa peau, sachez que si le mako à cette vitesse c’est parce qu’il s’agit de sa morphologie générale. Pour les retardataires, je vous invite à aller voir l’article sur les nageoires  des requins en cliquant juste ici. Pour simple rappel il existe donc des requins avec une nageoire caudale pratiquement homocerque (les requins ont des nageoires hétérocerquales, même si des fois on peut croire qu’elles sont homocerquales), et notre ami en fait partie au même titre que le requin blanc (Carcharhodon carcharhias), ce qui lui permet une accélération d’autant plus fracassante.

 De plus, la forme de son corps joue aussi pour lui permettre d’aller plus vite. Mais pourquoi donc ce panel d’armes, c’est simplement que ce requin  en a besoin pour vivre, cela lui permet de chasser des thons façon Fast and Furious car ceux-ci sont capables d’aller aussi vite que le mako si ce n’est encore plus, soit à une vitesse de 110 km/h d’ailleurs ses dents lui servent tout autant (pour plus d’infos allez sur cet article). De plus cette espèce vit à travers le globe et ne s’arrête pas de nager ce qui fait qu’elle a besoin de ce corps.

requin mako/taupe bleu (Isurus oxyrinchus) crédit : Bruno Labin

Bande de copieurs

Avant de rentrer dans le vif du sujet, il faut d’abord expliquer l’anatomie des requins. Ce sont des poissons, oui, mais ils n’ont pas d’écailles, ils ont ce qui s’appelent des denticules. Ce qui fait qu’ils ont plein de petites dents qui leur permet d‘aller plus vite sous l’eau. Cet hydrodynamisme inspira certains objets comme les avions ou certains bateaux, mais aussi une combinaison, et pour tout vous dire, l’une d’elles était porté par Michael Phelps lors des Jeux olympiques 2008 de Pékin, quand il récolta huit médailles d’or, en les associant à 6 records du monde. 

Cette petite merveille inspirée des requins a fait tomber 250 records mondiaux cette année, elles sont désormais interdites pour diverses raisons. Tous les requins ont donc cette peau spéciale mais celui qui nous intéresse aujourd’hui est le requin le plus rapide et de ce fait je suis obligé de parler de cette capacité de rapidité.

Le requin des Galapagos ne présente pas une seule bactérie sur la surface de son corps et ne souffre d’aucune infection d’organismes quelconques. Il ne doit pas cette particularité à sa grande vitesse puisque à l’inverse, le requin des Galapagos a plutôt tendance à se déplacer lentement, mais au fait de posséder des denticules sur ses écailles, qui forment des motifs bien particuliers empêchant les bactéries de se poser et d’adhérer à sa peau.

La société américaine Sharklet  s’est inspirée de cette spécificité pour fabriquer un revêtement antibactérien destiné à être utilisé dans les hôpitaux par exemple. Cette technologie pourrait permettre de diminuer fortement, voire d’abandonner totalement, l’usage de produits antibactériens pour nettoyer les surfaces. Elle peut aussi contribuer à diminuer grandement les risques de contracter des maladies nosocomiales lors de séjours hospitaliers.

requin mako/taupe bleu (Isurus oxyrinchus) crédit : Bruno Labin

Une peau méticuleusement placée

Selon les résultats publiés dans des travaux récents, l’angle des denticules chez le requin mako n’est pas statique et peut changer en fonction de la vitesse et de la direction du débit d’eau. Ce squale a des nageoires courtes et des denticules très flexibles sur différentes parties du corps qui semblent être liées avec un mécanisme actionné par le débit pour contrôler celui-ci et donc entraîner une diminution de la coulée autour de son corps.

Une partie de l’anatomie du requin, la nageoire dorsale entre autres, semble régir la direction de nage et le mouvement du requin. La caractérisation des denticules dermiques de cette zone peut être cruciale pour comprendre la capacité hydrodynamique de la nageoire dorsale. Par conséquent, l’objectif principal de l’une des études consistait à analyser l’interaction entre l’eau de mer et les différentes morphologies de peau du requin sur la nageoire dorsale pour déterminer le meilleur modèle hydro-efficace.

Chaque type de denticule est stratégiquement placé sur la nageoire dorsale, de sorte que différentes zones du corps contiennent des caractéristiques physiques pour améliorer les propriétés hydrodynamiques globales. Dans un travail antérieur, des scientifiques ont discuté de la taille des denticules sur le corps et ont conclu que celles-ci sont stratégiquement placées sur la nageoire dorsale pour permettre la structure la plus efficace possible du point de vue hydrodynamique.

requin mako (Isurus oxyrinchus) Crédit : Galice Hoarau

Pas la même taille partout

Contrairement au  requin anguille brésilien (Rhizoprionodon lalandii) dont les denticules ont une longueur presque égale en terme de largeur. Le mako possède des différences dans le rapport longueur / largeur propre à leur emplacement sur le corps. Dans un travail précédent avec ce requin, des données sur les valeurs de longueur et de largeur s’ajoutent à celles obtenues dans les travaux actuels. 

Par exemple, des denticules plus gros sont dans le dos et le flanc du requin-taupe bleu et les plus petites dans un endroit anatomique sans rapport avec l’efficacité de la nage, le ventre. Selon les valeurs actuellement établies, les plus grands denticules décrits sur la partie dorsale et le flanc ont une forme arrondie tandis que ceux sur le ventre semblent plus longues et de ce fait, la coulée d’eau également. 

On pense que les requins peuvent varier l’angle de leurs denticules pour modifier et faciliter l’écoulement pendant la nage à grande vitesse, mais  s’agit-il  d’un mécanisme actif ou bien les denticules sont soulevés passivement par l’effet de l’écoulement de l’eau sur la peau. En ce sens, l’orientation des denticules sur le corps des requins est toujours alignée dans le sens antéro-postérieur (vers la nageoire caudale), mais on observe des variations en fonction de la région du corps. L’analyse de la vitesse d’écoulement autour de la peau de requin a montré que ce paramètre diminue à mesure que la hauteur des denticules augmente.

Sources

Morphological Characterization and Hydrodynamic Behavior of Shortfin Mako Shark (Isurus oxyrinchus) Dorsal Fin Denticles

Aerobic metabolic rates of swimming juvenile mako sharks, Isurus oxyrinchus

Biological characterization of the skin of shortfin mako shark Isurus oxyrinchus and preliminary study of the hydrodynamic behaviour through computational fluid dynamics

Matteo Maurel

Je suis un jeune ayant fait des études d'aquariologie, passionné des requins, ayant travaillé avec certaines espèces en aquarium, avec comme objectif de changer les mentalités.

Laisser un commentaire