Requin franché (Chlamydoselachus anguineus)
Crédit : Marc Dando

Requin franché (Chlamydoselachus anguineus)

Introduction

Le requin franché (Chlamydoselachus anguineus) également appelé requin lézard est un requin primitif peu commun qui peut être effrayant au premier abord.

Classé comme préoccupation mineure selon l’IUCN.

Clés d'identification

Corps allongé en forme d’anguille

Tête aplatie en forme de serpent avec un museau très court

6 paires de fentes branchiales

Taille maximale de 196 cm

Zone de vie et répartition

Ce requin évolue sur les plateaux continentaux et insulaires extérieurs et sur les pentes supérieures, généralement entre 120 et 1 280 m même s’il peut arriver qu’il soit capturé en surface.

On pense que cette espèce de requins a une distribution large mais inégale dans les océans Atlantique et Pacifique. On le retrouve dans la baie de Suruga, au Japon, il est plus courant à des profondeurs comprises entre 50 et 200 m. Dans l’ouest de l’océan Indien, on le trouve au large de l’Afrique du Sud sous le nom de C. africana. Dans le Pacifique occidental, on sait que les requins franchés vivent au large du Japon et au sud de la Nouvelle-Zélande, de la Nouvelle-Galles du Sud et de la Tasmanie, en Australie. Dans le Pacifique central et oriental, ils ont été observés au large d’Hawaï, du sud de la Californie jusqu’au nord du Chili. Il a aussi été observé dans l’Atlantique Est, depuis les eaux du nord de la Norvège jusqu’au nord de la Namibie, et peut-être au large du cap de Bonne-Espérance, en Afrique du Sud.

Régime alimentaire

Chlamydoselachus anguineus se nourrit principalement de calmars et d’autres céphalopodes, il peut aussi se nourrir d’autres requins et de poissons osseux. 

Nous n’avons encore jamais observé ce requin chassé mais nous pensons qu’il chasse activement ses proies. Le requin franché n’est pas très rapide, il doit donc sûrement profiter des proies blessées ou épuisées. Il peut également fermer ses fentes branchiales, créant ainsi une pression interne négative pour aspirer rapidement ses proies dans sa bouche.

Ce requin possède de nombreuses petites dents pointues et recourbées vers l’arrière qui pourraient facilement accrocher le corps ou les tentacules d’un calmar. L’observation des requins Lézards captifs nageants avec la bouche ouverte pourrait également suggérer que les petites dents, claires contre leur bouche sombre, pourraient même tromper les calmars et les inciter à s’attaquer et à s’emmêler dans ses dents.

La plupart des individus capturés ont été trouvés avec un contenu stomacal nul ou à peine identifiable, ce qui suggère qu’ils ont un rythme de digestion rapide et/ou de longs intervalles entre les repas.

Reproduction

Ovovivipare, la taille des portées varie de 2 à 10 petits. La période de gestation de cette espèce peut durer jusqu’à trois ans et demi (la plus longue de tous les vertébrés). 

Les mâles atteignent la maturité sexuelle à une longueur de 1,0 à 1,2 m et les femelles à une longueur de 1,3 à 1,5 m.

Divers

L’âge maximal de ce requin est estimé à 25 ans.

Il arrive parfois qu’il soit maintenu en captivité.

Malgré son look effrayant ce requin est inoffensif pour l’homme.

Classification

Ordre : Hexanchiformes

Famille : Chlamydoselachidae

Genre : Chlamydoselachus

 

Galerie

Crédit : Marc Dando (cliquez sur l'image pour visiter son site web)

Melvin Cornevin

Lycéen de 17 ans passionné des requins et autodidacte.

Laisser un commentaire