La famille de requin la plus marteau !
grand marteau (Sphyrna mokarran) Crédit : Serge melesan

La famille de requin la plus marteau !

Bonjour à tous et à toutes, ce format est un nouveau (oui encore). Il a pour but de vous montrer les différentes familles de requins et comment elles agissent. Comme pour les autres formats, pensez à nous faire vos retours ou à nous donner des idées de requins que vous voulez connaître. Aujourd’hui nous allons donc parler d’un requin un peu spécial que beaucoup de gens connaissent sur la forme mais pas sur le fond. Au vu des informations récoltées sur ces requins, il y aura sans doute un volume 2. 

Les requins maillet (blague de campagnard) sont de la famille Shyrnidae, du genre carcharhinidae et de l‘ordre des carcharhiniformes (doliprane ?). Ce sont des animaux un peu spéciaux et atypiques car… j’ai vraiment besoin de vous le dire ? 

On retrouve dans cette famille 9 individus dont les plus connus sont le requin-marteau halicorne (Shyrna lewini) et le grand requin-marteau (Shyrna mokarran). Avant de s’intéresser à leur tête, un petit rappel de ce qu’est un requin-marteau.

grand requin marteau (Sphyrna mokarran) Crédit : Serge melesan

La famille de requin la plus marteau

Pour la plupart, ils vivent en pleine eau (milieu pélagique), ceux-ci ont dans leur régime alimentaire des poissons de taille moyenne, des céphalopodes et des crustacés. Globalement, on retrouve le requin-marteau halicorne (Sphyrna lewini), le grand requin-marteau (Sphyrna mokarran) et le requin-marteau commun (Sphyrna zygaena) un peu partout dans le monde, en revanche pour ce qui est de S. tiburo, S. tudes, S. medias, S. couardi et S. corona (non pour le coup, ce n’est pas une blague) on les retrouve dans des zones spécifiques. Ces animaux peuvent montrer un réseau complexe social comme le requin-marteau à petits yeux (Sphyrna tudes) ou le requin-marteau halicorne (Shyrna lewini). À l’inverse, le grand requin-marteau (Shyrna mokarran) est un animal de nature solitaire.

Crédit : Gardoush

Ces animaux sont particuliers, car ils ont une tête qui leur est propre, celle-ci leur sert à débusquer leurs proies. Comme les autres espèces, ils ont leurs 6 sens (7 en comptant la ligne latérale) (voire introduction à la biologie), cependant, leurs ampoules de lorenzini sont plus développées. Ceci grâce à leur forme de crâne, ce qui fait que les crustacés perdent toujours à cache-cache contre ces squales. En effet, ils ont la particularité d’utiliser leur crâne pour racler le sol et déterrer leurs proies après les avoir scannées avec les ampoules. Par exemple, il va trouver une raie, la plaquer contre le sable avec sa tête et se nourrir.

grand requin marteau (Sphyrna mokarran) Crédit : Serge melesan

Des drifts sous l'eau

De plus, on a remarqué chez le requin-marteau halicorne et chez le grand requin-marteau, qu’ils se mettaient de côté afin d’utiliser leur nageoire dorsale comme une nageoire pectorale (peut-on dire qu’ils planent ?), ceci étant pour eux un gain d’énergie, cependant cela leur permet aussi d’avoir une vision directe sur ce qui se passe au fond et à la surface. Mais ce n’est pas la seule utilité de ce crâne, celui-ci leur permet un hydrodynamisme plus conséquent que les autres espèces (ils sont plus rapides que la moyenne). De plus, cette forme leur permet de réaliser des virages extrêmement serrés et donc de faire des aller-retours fulgurants. Enfin, qui dit large zone dit plus de capteurs sensoriels et plus de sensibilité olfactive.

Les gangs de requins

Il est aussi important de noter que comme toute espèce de requin, il y a plusieurs communautés et groupes génétiques différents, par exemple, on retrouve plusieurs communautés de requins marteaux halicorne notamment dans le nord-ouest de l’Atlantique et dans l’Indo-Pacifique. De ce fait, les habitudes et techniques de chasse varient grandement en fonction du milieu, des paramètres physico-chimiques et de la génétique des individus. La concentration de la reproduction dans les eaux côtières de Caroline du Sud pourrait augmenter le risque d’extinction de certains groupes génétiques à cause de l’intensification de la pêche côtière sur ce lieu.

Les populations de S. lewini de Balikpapan, Lombok et Papouasie occidentale semblent être isolées de l’océan indien occidental et ne communiquent pas entres elles. Par contre la population d’Aceh semble se mélanger avec celle de l’Océan Indien. Avant d’aller faire une petite recherche sur Google maps, vous pouvez nous envoyer un petit commentaire sur la page ou sur les réseaux afin de nous dire si ce genre de format vous plaît.

carte du coins faite par votre fidèle serviteur

Matteo Maurel

Je suis un jeune ayant fait des études d'aquariologie, passionné des requins, ayant travaillé avec certaines espèces en aquarium, avec comme objectif de changer les mentalités.

La publication a un commentaire

  1. Keneda

    Vraiment intéressants ce format, simple et efficace, les dessins sont sympas, hésitez pas à mettre plus de photos des individus cité par exemple, enfin c’est pas obligatoire ☺️

Laisser un commentaire