Requin nourrice (Ginglymostoma cirratum)

Requin nourrice (Ginglymostoma cirratum)

Introduction

Le requin nourrice est un animal que l’on retrouve régulièrement en aquarium. Il est connu pour avoir plusieurs noms autres que celui-ci, le requin dormeur étant le plus rependu. C’est un requin important à mes yeux, car c’est le requin avec lequel j’ai le plus travaillé durant ma période à l’aquarium de Paris.

Il est connu principalement pour sa capacité à rester couché pendant 20 h par jour ce qui explique son surnom. Cependant, il a été observe que ce requin pouvait être beaucoup plus actif la nuit. Il vit environ 25 ans.

Les données sont insuffisantes pour classer cette espèce dans une catégorie.

Clé d'identification

Ce squale est en général de couleur brune, mais il peut avoir une teinte beige.

 On peut observer qu’il a l’aileron relativement reculé sur son dos parallèle aux pelviennes et la deuxième dorsale parallèle à la nageoire anale.

 Il a 5 fentes branchiales et des barbillons.

Zone de vie et répartition

 C’est un requin vivant en milieu benthique à une profondeur variant entre 12 et 30 m.On retrouve le nourrice du coté Est de l’Amérique de Boston jusqu’en redescendant  à Rio de Janeiro, en passant par les grandes et petites caraïbes. On le retrouve du coté Ouest de l’Amérique. De la cité des Anges en passant par le golf de Californie à la frontière péruvienne avec le Chili. On le retrouve également en Afrique de l’Ouest à partir de la frontière de l’Angola et du Gabon jusqu’au détroit de Gibraltar et enfin des côtes de l’Espagne du Nord jusqu’aux côtes bordelaise.

Régime alimentaire

Son régime alimentaire se compose principalement de poissons vivant sur le fond, mais également de céphalopodes et de crustacés. 

On sait que l’alimentation par aspiration se produit chez certains requins, mais la séquence des mouvements de la tête et des mâchoires n’ont pas été définies. Une étude à été faite pour étudier l’alimentation d’un requin nourrice (Ginglymostoma cirratum), pour tester les différences de synchronisation et d’amplitude des composants de l’alimentation avec d’autres taxons de requins lorsque les requins sont nourris de morceaux de poisson osseux. Treize variables cinématiques ont été mesurées à partir d’enregistrements vidéo à grande vitesse.

 La capture de nourriture chez cette espèce consiste en des phases d’expansion, de compression et de récupération, comme chez la plupart des autres requins, mais il n’y a peu ou pas d’élévation crânienne. Le temps moyen jusqu’à l’ouverture maximale (32 msec) est le plus rapide enregistré pour un poisson élasmobranche. D’autres événements relativement rapides sont la dépression mandibulaire (26 msec), l’élévation (66 msec) et le temps total de la morsure (100 msec).

La capture de nourriture dans ces conditions expérimentales semble être un modèle d’action modale stéréotypé, mais Ginglymostoma cirratum présente une série de spécialisations pour l’alimentation par aspiration qui comprennent la formation d’une petite bouche dirigée vers l’avant qui est approximativement ronde et latéralement entourée de cartilages modifiés et de petites dents.

Les requins qui capturent de la nourriture par aspiration ont un comportement de capture plus rapide et plus stéréotypé que les requins qui se nourrissent principalement autrement. L’alimentation par aspiration, qui a évolué plusieurs fois chez les requins, représente un exemple de convergence fonctionnelle avec l’alimentation par aspiration des poissons osseux.

Reproduction

Ce requin est vivipare. Le comportement reproducteur des élasmobranches a été déduit à partir d’observations directes de poissons sauvages captifs ou nageant en liberté. Plusieurs comportements généraux ont été décrits, notamment la ségrégation sexuelle saisonnière, la cour et la copulation. 

Le comportement de parade nuptiale a été déduit à partir de la présence de cicatrices et de coupures de dents à partir d’observations sous-marines. La copulation a été directement observée en captivité pour plusieurs espèces d’élasmobranches dans de grands aquariums, et dans la nature pour (Triaenodon obesus) et (Ginglymostoma cirratum).

 Les études, qui utilisent des étiquettes identifiables par les plongeurs et des observations comportementales, fournissent des informations sans précédent sur le comportement social la structure et le comportement d’accouplement chez cette espèce. Depuis 1993, 115 requins nourrices dont 45 adultes et 70 juvéniles ont été étiqueté dans Dry Tortugas, en Floride. Les observations montrent que trois mâles dominants reviennent sur le site chaque année. Les femelles adultes individuelles se rendent dans la zone d’étude pour s’accoupler en alternance. 

Les études limitées sur les modes de vie des élasmobranches révèlent que ces animaux ont une croissance lente, mûrissent relativement tard dans la vie et ont une faible fécondité. La mesure dans laquelle une population est capable de reconstituer ses effectifs à un impact profond sur le rythme auquel les animaux peuvent être retirés du stock de reproduction sans compromettre la capacité naturelle de la population à se rétablir. . En outre, pour gérer efficacement les stocks d’élasmobranches, il est essentiel pour déterminer la taille et l’âge à la maturité, la fécondité et les cycles de reproduction pour tous les l’exploitation des espèces d’élasmobranches. De temps en temps, une femelle requin nourrice copule avec un mâle dans les parties les plus profondes de la zone d’étude.

La polygynie (un mâle s’accouplant avec plusieurs femelles, dans le cas de l’homme, on peut l’associer à la polygamie) et polyandrie (une femelle s’accouplant avec plusieurs mâles soit la polygynie pour les individus femellessont courantes.

On observe ce style de reproduction chez plusieurs sortes de requins, notamment chez le requin pointes noires (Carcharhinus melanopterus).

Classification

Ordre : Orectolobiformes

Famille : Ginglymostomatidae

Genre : Ginglymostoma

Sources

Environmental Biology of Fishes 60: 157–188, 2001.
© 2001 Kluwer Academic Publishers. Printed in the Netherlands.

IUCN RED list

Kinematic Analysis of Suction Feeding in the Nurse Shark, Ginglymostoma cirratum (Orectolobiformes, Ginglymostomatidae). Copeia: February 2002, Vol. 2002, No. 1, pp. 24-38.

Galerie d'images

crédit : Serge Melesan
Crédit : Quentin Lieval CINEAQUA

Matteo Maurel

Je suis un jeune ayant fait des études d'aquariologie, passionné des requins, ayant travaillé avec certaines espèces en aquarium, avec comme objectif de changer les mentalités.

Laisser un commentaire