Requin du gange (Glyphis gangeticus)

Requin du gange (Glyphis gangeticus)

Introduction :

Vous connaissez sans doute le requin bouledogue (Carcharhinus leucas) pour ses attaques sur l’homme en partie, mais celui-ci peut aussi aller dans les embouchures en eau douce. Cependant, il n’est pas le seul à avoir cette capacité. Le requin du Gange (Glyphis gangeticus) est très peu connu et pourtant il est extrêmement menacé.

On le retrouve dans la catégorie des requins en danger critique d’extinction sur la liste de l’UICN.

Clé d'identification :

Ce requin porte plusieurs noms : requin du Gange, Tiburon del Ganges, Magar Sura.

Un grand requin trapu atteignant au moins 178 cm (mâle adulte) avec deux nageoires dorsales sans épines et une nageoire anale, largement arrondi, museau court bien inférieur à la largeur de la bouche. 

Ce requin a des yeux minuscules avec paupières nictitantes internes dorsolatérales sur la tête, pas de spiracles, cinq fentes branchiales modérément longues sur les côtés de la tête, pas de rainures nasales ni de barbillons sur les narines.

Il a une bouche longue, large et s’étendant en avant des yeux, des sillons labiaux très courts, des dents supérieures avec cuspides triangulaires hautes et larges dentelées, ainsi que des dents inférieures avec des cuspides longues, crochues et saillantes avec des bords coupants.

Zone de vie et répartition

Cet animal vit dans les cours d’eau inférieurs du réseau fluvial Ganges-Hooghly, Bengale occidental, Inde, peut-être de Karachi, au Pakistan.
Sa survie est incertaine et peu connu, seulement trois spécimens de musée du Gange sont actuellement connus dans les collections de poissons (une au Musée National d’Histoire Naturelle, Paris, Musée Humboldt, Berlin, et Zoological Survey of India, Calcutta), qui ont tous été collectés au 19e siècle et sans enregistrements confirmés après 1867. Pour la plupart, les notices bibliographiques et les spécimens étiquetés comme cette espèce sont les requins taureaux (Carcharias taurus) et le requin bouledogue (Carcharhinus leucas).

On retrouve cette espece possiblement dans des estuaires marins, peu profonds, mais il n’existe aucun enregistrement marin vérifié de cette espèce.  

Alimentation

Les petits yeux et les dents élancées de ce requin suggèrent qu’il s’agit principalement d’un mangeur de poissons et qu’il est adapté aux eaux troubles comme celles du Gange et du golfe du Bengale.

Reproduction

Probablement avec un placenta vitellin par analogie avec des espèces apparentées de carcharhinidés, fœtus tardifs et de spécimens nouveau-nés de 56–61 cm de long, taille de la portée et période de gestation inconnues.Cette espèce souffre en grande partie de la surpêche, de la dégradation de l’habitat due à la pollution, de l’augmentation de l’utilisation et de la gestion des cours d’eau ainsi que de la construction des barrages. 

Conservation

 Une étude approfondie des camps de pêche et des sites de débarquement et, si nécessaire, un programme d’échantillonnage dans le système du Gange pour déterminer l’état actuel de ce requin avec d’autres élasmobranches gangétiques (requins, raies pastenagues et poissons-scies).

Divers

Il a été impliqué dans de nombreuses attaques contre les humains dans le Gange, mais comme le requin boulegogue (Carcharhinus leucas) se produit dans le même système fluvial, il est fort probable que se soit celui-ci et non le requin du Gange qui soit impliqué dans la plupart, ou la totalité des attaques.

Classification

Ordre : Carcharhinidae

Famille : Carcharhiniformes

Genre : Glyphis

Liens externes

Vous pouvez lire notre article concernant ce requin en cliquant ici ou en le retrouvant directement dans cette catégorie.

Matteo Maurel

Je suis un jeune ayant fait des études d'aquariologie, passionné des requins, ayant travaillé avec certaines espèces en aquarium, avec comme objectif de changer les mentalités.

Laisser un commentaire